Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 14:03

Mecadyn a décidé cette année de soutenir deux gazelles : Annabelle et Elodie, deux frangines qui ont eu la folle idée de participer ensemble au fameux rallye marocain « Aïcha des gazelles ». Un défi qu'elles se sont relevées à elles-mêmes, comme preuve supplémentaire de leur dynamisme (Annabelle est graphiste freelance et Elodie est Directrice Qualité dans une société de services). Elles ont été attirées par le côté sportif de ce rallye mais aussi par son aspect humanitaire (elles ont dû collecter des fournitures qu'elles vont livrer dans des écoles isolées du désert marocain).

Toutes les deux travaillent en Région Parisienne mais sont originaires de Courçay, un petit village à côté de Reignac-sur-Indre, un coin de la Touraine du Sud à laquelle elles sont très attachées.

Défi sportif et mécanique, aspect humanitaire, mise en valeur de notre territoire. Il n'en fallait pas plus pour que Mecadyn apporte son soutien.

Les gazelles Zanelo !

Le rallye des gazelles est sportif, mais attention, il ne s'agit pas d'une course de vitesse. Chaque journée de course (7 au total, avec un prologue puis 6 étapes) est un trajet à acomplir en passant par toute une série de balises. Il faut faire le moins de kilomètres et ramasser le plus de balises. Dans des conditions évidemment difficiles (pas de route, que du hors pistes dans le sable et la rocaille) et en employant des moyens de navigation rudimentaire : boussole, compas et cartes des années 70 !

Au moment où j'écris ces lignes nos deux gazelles tourangelles sont au milieu de la 3ème étape. Dans les dunes de Merzouga quelque part au sud du Maroc, pas loin de la frontière algérienne. On peut suivre en direct leur progression sur ce site : http://www.rallyeaichadesgazelles.com/fr/rallye/2017/en-direct/

Les gazelles Zanelo !

Annabelle et Elodie (Zanelo, comme elles se sont surnommées), sont dans le peloton sur le parcours C qu'elles ont choisi, avec le numéro d'équipage 132. Elles occupent pour le moment la 73ème place au général sur 137 équipages de leur catégorie. Pas mal pour une première participation ! Et je suis certain qu'elle feront mieux à l'arrivée. Ce sont des battantes, qui s'entendent parfaitement, prennent cette aventure comme un jeu, un plaisir.

Allez les filles ! La Touraine du Sud est avec vous.

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 14:57

Le débat politique est intense en ce moment et le populisme n'a jamais été aussi élevé. Pas seulement en France bien sûr, puisqu'on peut observer que les Anglais ou les Américains préfèrent confier leur destinée à des gouvernements qui mettent en avant le protectionnisme comme recette miracle à tous leurs soucis.

Si tout était si simple... Gare aux désillusions ! J'espère qu'en France la démocratie républicaine l'emportera face au simplisme, face aux discours démagos, face à la facilité.

Une petite vidéo très symbolique m'est sautée aux yeux l'autre jour. Elle résume la façon dont je perçois le monde moderne d'aujourd'hui face à ce qu'il était dans les années 50, pourtant déjà très modernisées. Il s'agit d'un changement de pneus sur une Formule 1. A vous de juger :

1950 : 8 personnes pour changer deux pneus, ravitailler le véhicule et le conducteur. Tout ça en 1 minute 20. Si les 4 pneus avaient dû être changés il aurait fallu au minimum 10 personnes. Et je ne parle pas des personnes autour qui ne font pas grand chose.

 

2013 : 20 personnes changent quatre pneus, ravitaillent le véhicule et le conducteur en... 4 secondes !

 

Vous voyez où je veux en venir ? En faisant une simple règle de 3 on voit qu'avec le progrès technologique la productivité a été multipliée par 10. Au cours d'une journée il faut 10 fois moins de personnes en 2016 qu'il en fallait en 1950 pour abattre le même boulot. Sans même parler de robotisation, parce que dans de nombreux cas ce n'est plus par 10 que vous pouvez multiplier mais par 50 !

Grâce à son ingéniosité l'homme réussit à détruire les emplois qui le font vivre. C'est balaise non ?

Pour arriver à retrouver un certain équilibre, il faut donc totalement repenser notre façon de considérer le travail. Ne plus raisonner emploi mais activité. Que quelqu'un qui souhaite s'épanouir en faisant du théâtre puisse en vivre aussi bien que celui qui a choisi de travailler dans un bureau d'étude. Une forme de revenu universel, oui. Mais pas celui consistant à augmenter le RSA pour les plus démunis ou à l'élargir aux moins de 25 ans. Non, un revenu de base qui permette à chacun de se lancer dans une activité d'indépendant, d'artisan, de commerçant, d'agriculteur sans la hantise de voir les banques lui arracher sa maison du jour au lendemain.

Je n'ai pas la solution du financement de ce genre de truc dont les économistes parlent depuis des dizaines d'années. Il faut sans doute l'expérimenter, comme le font les Finlandais en ce moment à toute petite échelle. Nous verrons bien. Mais on y viendra, j'en suis à peu près certain.

Comme je ne serai probablement plus de ce monde lorsque ça arrivera, j'emprunte à Desproges cette maxime : « Vivons heureux en attendant la mort » et vous propose deux vidéos d'animaux qui m'éclatent.

La première est celle de ces 3 dindes qui semblent avoir découvert le mouvement perpétuel (à moins que ce soit l'arrivée de Trump au pouvoir qui les ait détraquées) :

 

La seconde c'est moi quand je commence à me poser des questions existentielles (mettez le son, c'est mieux). ;-)

 

 

Bonne semaine à toutes et à tous !

 

 

Repost 0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 11:00
Le chapeau de la cime est tombé dans l'abîme

Je n'en reviens pas de l'effervescence créée sur les réseaux sociaux par cette réforme de l'orthographe datant de 1990 ! Beaucoup de Français sont choqués que l'on puisse simplifier certains mots de la langue française et crient au nivellement par le bas, à l'appauvrissement de notre culture. Certains vont même jusqu'à affirmer que si Najat Vallaud Belkacem a mis ça en place (alors qu'elle n'y est strictement pour rien) c'est pour pouvoir imposer d'ici peu de temps la langue arabe à nos chères têtes blondes (non je n'exagère rien).

Des pétitions circulent pour empêcher cette "catastrophe". Certains le font même avec des envolées lyriques, se référant à Charlemagne, Villon ou Ronsard (aucun d'eux ne connaissait l'accent circonflexe ni n'utilisait le trait d'union mais bon, on n'est pas à une incohérence près quand il s'agit de convaincre). A ce jour 31 000 personnes ont par exemple signé celle-ci, dénonçant dans un même élan unanime l'Art de notre écriture qui serait sacrifié sur l'hôtel (sic) de la simplification et de "la logique". La rédactrice de cette pétition en appelle « au rejet total du dit projet, quand bien même celui-ci aurait été censé (re-sic)».

Je suis moi aussi un amoureux de la langue française, un défenseur passionné de l'orthographe (quand j'ai un peu de temps je participe sur twitter au concours chaque jour ici : Une faute par jour). Dénicher la petite faute d'accord, la majuscule manquante ou le contresens, j'adore ça. Faites-le vous aussi, c'est très amusant. Et dans ces périodes sombres, ça fait du bien de s'amuser parfois. Tenez, cette phrase par exemple, sur laquelle je vous donne 30 secondes pour trouver la faute :

Le chapeau de la cime est tombé dans l'abîme

En mettant à l'honneur Lucky Luke, l'icône de l'ouest, les organisateurs du festival d'Angoulême n'ont pas perdu le nord !

Tic-tac-tic-tac-tic-tac.....

Top ! Vous avez-trouvé ? L'icône de l'Ouest bien sûr ! Les points cardinaux gardent leur minuscule (ici le nord) sauf lorsqu'ils désignent une région, une entité politique. On dira par exemple : « En me rendant au sud de l'Afrique j'ai visité l'Afrique du Sud ». Passionnant, non ?

Bref, que les contempteurs de la nouvelle orthographe se rassurent : ce ne sont pas les 2400 mots modifiés qui vont nous empêcher de garder toute notre complexité si singulière. La suppression de l'accent circonflexe sur le i et le u, dont l'invention est très récente dans l'histoire de notre langue, ne va guère perturber notre littérature. Et que dire des traits d'union concernant certains mots sans grande logique mais auxquelles il ne faudrait surtout pas toucher (le pluriel de « contre-jour » s'écrit « contre-jours » mais on dit « des abat-jour » et non « des abat-jours », cherchez pas c'est comme ça !). Une pure coquetterie que certains voudraient voir perdurer car c'est comme ça qu'on leur a enseigné. Ils en ont bavé avec la cime, l'abîme, les rimes, la dîme, le rhume, la bûche, la ruche, les gratte-ciel, les plates-formes et les monte-charges. Ils se sont cassés la tête, se sont laissé convaincre sans jamais s'être laissés aller, il n'y a donc aucune raison pour que leur progéniture n'en bave pas non plus !

Le chapeau de la cime est tombé dans l'abîme

Et pourtant cela devrait satisfaire les puristes qu'on corrige enfin des mots qui étaient mal orthographiés, comme nénufar par exemple ou encore évènement. Je trouve ça intelligent (merci Maurice Druon) de supprimer cette anomalie d'oignon qui s'écrit comme moignon mais se prononce comme pognon. Dans 50 ans, j'imagine la tête de nos petits enfants si un hurluberlu vient leur dire que maintenant il ne faudra plus écrire ognon mais oignon car c'est comme ça qu'on l'écrivait au XXème siècle. C'est un peu comme si on nous obligeait aujourd'hui à écrire comme Geoffroy Tory qui proposa en 1529 une réforme de l'orthographe (hé oui, déjà...) sachant qu'avant cette époque il n'y en avait pas vraiment, d'orthographe, et que chacun (du moins les quelques uns qui savaient écrire) faisaient un peu comme ils voulaient... En nostre langage françois, dit-il, navons point daccent figure en escripture, et ce pour le default que nostre langue nest encore mise ne ordonnee a certaines reigles, comme les hebraique, grecque et latine. Je vouldrois quelle y fust, ainsi que on le porroit bien faire.

Bon, je vous l'accorde, on ne comprend pas bien ce qu'il raconte, mais c'est lui qui enrichit notre langue de l'apostrophe, des accents aigus et de la cédille. Pour l'accent circonflexe, objet de tant de discussions aujourd'hui, il faudra attendre le XVIIIème siècle pour qu'il s'impose vraiment. Il s'agissait alors de simplifications (Ah ces fainéants!) avec la disparition d'autres lettres au sein d'un mot et que l'on ne prononçait plus (isle qui devint île par exemple, ou saoul qui donna soûl mais dont les deux orthographes continuent de coexister, comme quoi c'est possible...) ou d'une différence de prononciation (sur les a, les e et les o). L'accent circonflexe sert aussi à discriminer certains mots : sur/sûr, mur/mûr, jeune/jeûne,... et dans la conjugaison du subjonctif imparfait (le subjonctif « j'espérais qu'il fût moins con » n'a pas le même sens que le passé simple « j'espérais qu'il fut moins con »), mais ça, n'en déplaise à ceux qui nous bassinent avec leurs exemples (« je me ferais bien un petit jeune », ou encore « je suis sur ta sœur elle va bien ») la réforme n'y touche pas. Vous pourrez donc continuer à écrire des phrases en français incorrect tout en conservant l'accent circonflexe qui vous est si cher !

Le chapeau de la cime est tombé dans l'abîme

Enfin, à l'initiatrice de cette pétition évoquée plus haut et qui cite Victor Hugo, je rappellerai qu'au XIXème siècle nos grands écrivains déploraient que l'autorité en matière de langue appartint uniquement aux grammairiens. «Tous les mots sont égaux en droit», proclamait Victor Hugo. C'est aussi ce que souhaitait l'Abbé Grégoire lors de la Révolution Française en simplifiant notre orthographe, en harmonisant la langue française pour qu'elle soit accessible au plus grand nombre. Le conservatisme bourgeois puis le retour de la monarchie ont mis fin à cette belle idée. La «bonne orthographe» devint une marque de classe, de distinction sociale. A partir de 1832 la maîtrise des règles de la grammaire devint obligatoire pour l'obtention de tout emploi public. Le temps où chacun écrivait comme il voulait était révolu pour faire place à une grammaire et une orthographe bureaucratisées. Depuis cette époque les nombreuses réformes pour simplifier l'orthographe échouèrent toutes les unes après les autres. Celle de 1990 est bien modeste. Elle ne va nullement abaisser le niveau de culture générale de nos enfants. J'aurais même tendance à penser qu'elle pourra l'améliorer car le temps qu'ils ne passeront plus à savoir s'il faut ou non mettre un accent circonflexe sur le i de cime, ils pourront le consacrer à écrire correctement les expressions aujourd'hui sacrifiées sur l'autel ou à ne pas confondre sensé avec censé ;-)

Bon dimanche à tous !

Repost 0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 15:59
Paléographie et autres billevesées.

Il y a un plaisir dont je n'ai jamais parlé ici et que j'ai envie aujourd'hui de partager avec mes lecteurs (ça changera des créations d'entreprise, des vibrations ou des faits de société) c'est la paléographie. Autrement dit, en langage courant: la lecture des textes anciens.

Je m'y suis mis il y a une bonne trentaine d'années, lorsque j'ai commencé à fréquenter les archives, les bibliothèques et que je suis tombé sur des actes qui me semblaient aussi indéchiffrables que ne l'est le langage des sourds-muets pour un aveugle. Et puis je m'en suis désintéressé pendant longtemps, avant d'y revenir par simple plaisir ou pour aider des personnes en quête de l'histoire de leurs ancêtres.

Le texte ci-dessus date de 1446 et parle de la procuration qu'un noble breton donne à son épouse. Aujourd'hui j'arrive à le déchiffrer, à force d'en avoir lu d'autres plus soignés ou un peu plus récents. Mais c'est beaucoup plus difficile pour des actes en latin ou du haut moyen âge. Sur ce document carolingien datant de 921 et écrit en vieux français on pourra au moins apprécier la splendide signature du roi Charles III, suivie en bas à droite d'un cachet à la cire et du dessin d'une ruche.

Paléographie et autres billevesées.

Les ruches que nos ancêtres les plus lettrés utilisaient pour accompagner leur signature ont longtemps perduré, jusqu'àu XVIIIème siècle. Sur cette image où j'ai regroupé les signatures de curés, de notaires ou de bourgeois au XVIème siècle, on retrouve ses entrelacs en fin de signature et ces signes cabalistiques des anciennes ruches médiévales. Par la suite les signatures se sont simplifiées mais les sortes de grilles, d'entrelacs et de croches sont restées. Même les modestes laboureurs s'y exerçaient. À partir du XVIIIè siècle disparaissent peu à peu ces signatures alambiquées, et ne subsistent plus que de vagues paraphes sous forme de croisillons ou de « fff » après les signatures. Que reste-t-il aujourd'hui de ces ruches du moyen-âge ? Peut-être la petite perluette ou l'enroulade de notre signature. A chacun sa marque, à chacun sa ruche ;-)

 

Paléographie et autres billevesées.

Si je vous parle de ça c'est que l'autre jour je me suis régalé en écoutant l'émission « L'heure du crime » de Jacques Pradel sur l'affaire Vrain-Lucas, un génial faussaire du XIXème siècle qui a réussi à berner pendant des années le mathématicien Chasles (vous savez ? la relation de Chasles ab+bc = ac ? bon, bref) en lui fournissant des documents écrits de la main de personnages historiques. Tous des faux bien sûr, qui pouvaient paraître crédibles pour les plus récents mais dont les plus anciens ont réussi à se faire tordre de rire l'assistance du tribunal lors du procès de ce faussaire qui eut lieu en 1870.

 

Voici par exemple un mot rédigé de la main même de César pour exhorter Vercingetorix à baisser les armes.

 

 

Paléographie et autres billevesées.

En voici la fidèle retranscription:

 

Jules César au chef des Gaulois. J'envoy devers toy un mien ame qui te dira le but de mien voyage. je veux couvrir de mes soldats la terre qui t’a veu naistre. C’est en vain que tu la vouldras defendre. Tu es braves, je le say, mais aussi le serai, s’il plaist aux Dieux. ainsi rend moi tes armes ou prépare toi à combattre. Ce vi des kal. de jullius

Signé: ton pote Jules (non je déconne) Julius Cesar

 

Ou encore cette lettre de Lazare à l'apôtre Pierre (ça ne s'invente pas quand même...) dans laquelle il lui parle d'un fameux druide gaulois !

Paléographie et autres billevesées.

Le mot adressé par Jehanne la Pucelle aux parisiens qu'elle s'apprête à libérer vaut aussi la détour. Braves parysiens soyez et restez en repos. L'armée de vostre Roy est arrivée devant Parys.

 

Ce n'est ni son écriture, ni sa signature, ni le nom qu'elle se donnait, mais bon, on n'est pas à 2 ou 3 incohérences près quand il s'agit de servir l'histoire. Parce que tel était le but de ce génial faussaire: fabriquer des documents qui démontraient la réalité de faits historiques.

Paléographie et autres billevesées.

Mais que penser des billets doux envoyés par Cléôpatre à son bien aimé Marc-Antoine, la lettre d'Alexandre le Grand à Aristote ou encore celle de Charles Martel au duc des Maures qu'il s'apprête à arrêter à Poitiers ? Tout ça en bon français moderne s'il vous plait.

 

Chasles a acheté 27 320 documents à Vrain Lucas. Certes pas tous aussi savoureux que ceux-là mais quand même. Une toute petite partie (180 documents) a été conservée à la BNF. Pour les amateurs c'est ici: Spécimen des faux autographes fabriqués par Vrain Lucas.

 

Bonnes vacances à ceux qui en prennent, bon boulot aux autres !

Repost 0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 08:27
Flashback 1978-1982

À l'occasion d'un week-end entre potes aux Sables d'Olonne (dans le pur style "Le coeur des hommes" pour ceux qui connaissent le film...) me sont revenus en mémoire les tubes que l'on dansait dans les boums puis les boîtes de nuit au carrefour entre les années 70 et 80.

Est-ce que ça a vieilli ?

Commençons par quelques slows italiens: Ti Amo, Tu, Gloria. Trois chefs d'oeuvres de l'artiste Umberto Tozzi ! Ils n'imprègneront pas l'histoire de la musique mais auront marqué une génération entière d'adolescents aux doigts moites s'appliquant à entraîner leurs cavalières au bon rythme sur la piste de danse en ciment du garage familial.

Passons vite sur ces tubes sirupeux...

Beaucoup mieux, et plus faciles à entendre aujourd'hui les célèbres slows "Hotel California" des Eagles (tiens, pas facile de trouver la bande son originale sur le Net...) et "Whiter Shade of Pale" de Procol Harum étaient incontournables. Mais aussi les chansons "Aline" de Christophe ou "Je l'aime à mourir" de Cabrel. Moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui je suis le gardien du sommeil de ses nuits. Aïe, aïe, aïe ! Je me revoie avec mon chapeau en cuir sur la tête en train de fredonner ces paroles...

Ça c'est pour la guimauve. Mais lorsqu'il s'agissait de bouger sur la piste en faisant voler nos cheveux longs et en jouant du air guitare, nous les mecs on passait les disques d'AC/DC ("Highway to hell"), Téléphone ("La bombe humaine") et Trust. Voir ce groupe en concert en levant le poing en cadence et en détachant bien les syllabes AN-TI-SO-CIAL quel pied ! C'était à Blois en 1979...

Malheureusement, rares étaient les nanas qui partageaient nos goûts pour l'ambiance de beuverie, de tabac et de sueur dont on s'imprégnait à l'époque de ces concerts. Je ne sais pas pourquoi... Bref, il fallait aussi se plier à danser sur d'autres musiques et notamment le ... DISCO. Horreur !

À écouter, ça allait encore, mais à danser...

Si le twist n'avait pas été encore plus ridicule à exécuter on ne se serait jamais plié à se trémousser avec les Village People ou Donna Summer. On s'y est donc mis petit à petit, par la force des choses... Et puis la musique a évolué. Même les Stones s'y sont collés, alors ! De Grease nous sommes passés à Kiss avec "I Was Made For Lovin' You", Rod Stewart "Da Ya think i'm sexy" et enfin Michael Jackson et son époustouflant "Beat it" au son de la guitare de Van Halen !

Quel morceau ! Néanmoins, ce n'est pas cette musique que je retiendrai de l'époque de mes 18 ans, mais plutôt celle de Supertramp, avec "The Logical Song" et surtout, surtout, le choc de "The Wall" des Pink Floyd. Ça ne se danse pas, mais quelle claque !

Non ?

Repost 0
Published by François - dans Loisirs. Détente
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:41

logotvb etoile fond bleu

 

La dernière fois que j'ai assisté à un match de Volley-ball c'était à Nantes en 1986, lors du championnat du monde qui s'était déroulé cette année là en France. Je m'en souviens encore, c'est pour dire comment ce sport marque les esprits !

 

Et hier soir, grâce à l'invitation d'un sponsor généreux j'ai eu la chance d'assister au match de Champions League (on ne dit plus championnat d'Europe, ça fait ringard...) du TVB (Tours Volley-Ball) contre l'équipe polonaise de Kedzierzyn-Kozle (ne me demandez surtout pas de prononcer !). L'équipe tourangelle a perdu 3 sets à 1 mais on a assisté à une belle rencontre, dans une ambiance chaleureuse, comme on dit dans ces moments là...

 

tvb.jpg

 

Cette soirée m'a permis de découvrir une équipe de très haut niveau (plusieurs fois championne de France, championne d'Europe en 2005) dont on entend très souvent parler dans la NR mais dont j'ignorais tout. L'équipe est composée d'un grand nombre de nouveaux joueurs, la plupart internationaux et venant de contrées diverses (Allemagne, Portugal, République Tchèque, USA, Serbie,...) encore pas tellement habitués à jouer entre eux ce qui explique leur relative contre-performance de cette année (ils ne disputeront pas les Play Off du championnat d'Europe et arrivent - de justesse - à se qualifier pour la CEV qui est en quelque sorte la Coupe d'Europe consolante). Un jeune français a attiré notre attention par son talent mais aussi par sa gentillesse et sa simplicité après match: Soané Falafala, 19 ans, 1m96, impressionnant. Je suis sûr qu'on entendra parler de lui à l'avenir.

 

falafala.jpg

Falafala en équipe de France Jeunes contre la Corée en 2011

 

Je remercie très chaleureusement Patrick Hennion, le patron de Graphival de m'avoir invité à cette soirée. Bravo à lui pour l'implication de son entreprise dans ce sport encore assez méconnu et félicitations pour le buffet qui était impeccable. Merci aussi à Virginie et à ses collègues pour leur accueil et leur gentillesse. Bref, vous l'avez compris je lève mon verre de Vouvray (excellent) à cette petite société d'imprimerie méritante et qui vaut le détour par ses valeurs autant que par ses compétences : GRAPHIVAL !

 

Graphival.jpg

 

Vive le TVB, vive le Vouvray et vive l'imprimerie tourangelle !

Repost 0
Published by François - dans Loisirs. Détente
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 07:26

carrefour.jpg

 

Le temps est pluvieux, les grands de ce monde discutent de notre sort, la crise n'en finit pas de commencer, les habitants d'Egypte, de Lybie ou d'Afghanistan se déchirent,... C'est l'occasion ou jamais de se détendre un peu.

 

Commençons de manière soft par cette démonstration du théorème de Zwang.

 

Si tout va mal, rassure-toi...

murphy1.gif

 

 

ça pourrait être pire !

 

morphy2.jpg

 

 

Ce théorème est lui même corollaire de la loi de Murphy, qui énonce le principe suivant: "Si une chose peut mal tourner, elle va forcément mal tourner." Tout le monde en connaît la manifestation la plus évidente et plusieurs fois démontrée: celle de de la tartine, qui tombe toujours du côté beurré lorsqu'elle nous échappe. Certains vont même jusqu'à affirmer que si vous beurrez une tartine et qu'elle tombe du côté non beurré, c'est que vous aviez beurré le mauvais côté...

 

Gotlib dans ses inoubliables Rubrique-à-brac en avait d'ailleurs déduit que si l'on mettait une tartine beurrée sur le dos d'un chat (animal qui retombe toujours sur ses pattes, comme chacun sait), celui-ci tournait indéfiniment sans jamais tomber ! De là à imaginer qu'on pouvait relier le chat à une génératrice et ainsi disposer d'une énergie peu coûteuse et inépuisable, il n'y avait qu'un pas à franchir:

Chat-et-beurre

 

Le plus difficile est d'attacher le chat...

 

Tout ça pour en arriver à la conclusion et morale de cette article: si tu crains la loi de Murphy et ses corollaires impitoyables, ne fais surtout pas de Steeplechase !

 

 

 

 

 

Bon dimanche à tous !

Repost 0
Published by François - dans Loisirs. Détente
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 14:01

becassine

Du plus loin que je me souvienne j'ai toujours lu des bandes dessinées. Même avant de savoir lire, car je devais avoir 3 ou 4 ans lorsque ma tante Marie-Pascale de 5 ans plus âgée seulement me lisait Becassine. Bien blotti dans le lit de la petite ferme de la Croix Héraut à Ecommoy c'est là que j'ai découvert ce premier personnage. D'autres ont suivi, au gré des abonnements à Fripounet, Pomme d'Api puis Okapi. Des bandes dessinées très chastes bien sûr, très tendres comme celle sur cette famille dont j'ai totalement oublié le nom de l'auteur mais pas les visages des deux bambins: David et Marion

 

pommeApi.jpg

Pomme d'Api n°7 - Septembre 1966

 

Leur petite soeur arrivée en 1967 a certainement influencé mes parents pour le prénom de la mienne de frangine née peu après: Cécile. C'était mignon comme tout, très catho, très jupe plissée mais bon, à 5 ans on s'en fout un peu. Grâce à eux j'ai appris à lire puis à découvrir d'autres bd, comme les incontournables Tintin, Asterix puis Lucky-Luke bien sûr. Avec mes frères on achetait aussi de temps en temps Pif gadget, derrière lequel se cachaient d'odieux communistes mais... à 10 ans on s'en fout un peu aussi. De ce journal je retiens surtout Rahan, cet homme de la jungle préhistorique si brave et intelligent, avec son collier de griffes et son coutelas en ivoire !

 

rahan.jpg

Rahan le fils des âges farouches !

 

Picsou Magazine était bien sûr aussi le journal à ne pas manquer, avec les frères Rapetou, Misstic et Geo Trouvetou. C'est à cause de ce journal qu'on a forcé notre mère à nous acheter le Manuel des Castors Juniors et à nous laisser partir en expédition dans la campagne pour faire du feu, construire des cabanes et des radeaux... C'est aussi à cette époque du début des années 70 qu'on a aussi commencé à lire les petits formats tels Zembla, Mandrake et autres Blek le Roc qui nous faisaient découvrir des dessins hyper-réalistes et des aventures typiquement américaines.

 

mandrake.png

 

Et puis, et puis... 1977, LA découverte ! Lors d'un séjour chez des amis de mes parents, devant mes yeux ébahis, voici que j'entrais dans un univers fascinant: celui de Gotlib, de Bretecher et de Reiser. De la Bande Dessinée inventive, délirante et enfin drôle. Les Dingodossiers par exemple usaient d'un second degré que l'on n'avait jamais vu ailleurs. Les Frustrés faisaient un portrait réaliste des gens qui nous entouraient avec un coup de crayon très épuré, minimaliste. Quant à La vie au grand air ou On vit une époque formidable n'en parlons pas, ce sont de véritables chefs d'oeuvre.

 

Après ça j'ai vu la BD d'un oeil très différent ! Adieu les Picsou Magazine et autres Spirou, et vive Fluide Glacial, L'Echo des Savanes, Métal Hurlant, Charlie Hebdo,...

 

gotlib.jpg

© Gotlib

 

De tous ces magazines c'est quand même celui de Fluide Glacial auquel je suis resté fidèle le plus longtemps. De 1978 en gros, époque où je commençais à l'acheter avec plusieurs copains pour limiter les frais, jusque 2004 où j'ai arrêté de l'acheter vu la pauvreté du contenu. De toute cette époque quel est le souvenir que je garderai le plus longtemps en mémoire ? (oui, je me pose des questions à moi-même, je sais, mais d'un autre côté si j'attend qu'on me les pose, enfin bref). Les Idées Noires de Franquin ? L'encyclopédie des bébés de Goossens ? Athanagor Würlitzer (Maëster), Jean-Claude Tergal (Tronchet), Carmen Cru (Lelong), Edika, Moerell, Coyote, Gaudelette ?... Finalement je vais peut-être rester sur cette image des Bidochon qui se suffit à elle-même pour me faire marrer:

 

bidochon.JPG

 

Depuis la "fin" de Fluide Glacial j'erre comme une âme en peine, lisant de-ci de-là quelques BD qui traînent. Et je me demande d'ailleurs si celles qui me font le plus marrer ne seraient pas par hasard celles que lisent ou ont lues mes fistons, sauf les mangas auxquels je n'ai jamais réussi à accrocher. Après Tom Tom et Nana je suis passé par Titeuf, Boule et Bill puis Kid Paddle. La boucle est bouclée !

 

kidpaddle.jpg

 

Bonne semaine à tous !

Repost 0
Published by François - dans Loisirs. Détente
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 08:38

 

bandeauete2011v3

 

J'avais prévu de rédiger un article passionnant et argumenté sur les travaux de l'économiste hongrois Janos Kornai au sujet de l'économie dirigée et puis...

 

...une petite maison d'édition a eu la merveilleuse idée de décréter le 25 Mars comme étant la journée de la procrastination: Article du Monde.

 

 

Tant pis, je vais donc remettre à demain ce que j'avais prévu de faire aujourd'hui. Ça tombe bien car aucune journée mondiale n'est prévue le 26 Mars. Je m'empresse d'ailleurs de dire que j'aime bien ces journées dédiées à tout ce qui est important (le sida, la paix, les droits de l'homme, la faim, l'autisme,...) ou qui l'est beaucoup moins (le fromage, le pied, les gauchers, les pâtes,...).

 

Les propos des éternels grincheux me fatiguent bien plus que l'idée même de ces journées: "Ça ne sert à rien !", "C'est toute l'année qu'il faut s'occuper de ces problèmes !", "Il y a trop de journées sur n'importe quoi !".

 

La journée de la procrastination ne sert en effet à rien. Elle est donc parfaitement indispensable.

 

Bon dimanche à tous !

 

 

 

L'image qui illustre cet article provient de l'excellent blog "Procrastination active" du dessinateur Grug. À visiter sans attendre demain !

Repost 0
Published by François - dans Loisirs. Détente
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 08:22

Animation_0001.jpg

 

Un petit coup de pub aujourd'hui pour des jeunes qui n'en veulent, pleins de talent et d'idées: les cinéastes en herbe de MEGALODON Production ! Ils sont une poignée et délirent depuis 3 ou 4 ans autour de sketchs imprégnés d'humour, de suspens et de jeux d'acteurs. Voici comment ils se définissent eux-mêmes:

 

Créée en 2008, Mégalodon Production se contentait : de Téléphones Portables en guise de Caméscope; de Windows Movie Maker pour faire tous les "Montages" de ses Courts-Métrages totalement improvisés et dégentés*.

 

Heureusement, cette Prod' a bien évoluée et elle vous propose de bien meilleurs Projets, rien que pour vous, ses internautes ! Du Matériel de Qualité (amateur, certe, mais largement suffisant), des acteurs sérieux (mais pas trop ^^), et surtout une organisation et une coopération incomparable !

 

 

Voici leur bande-annonce 2012, ça promet !

 

 

 

Ils réalisent un travail sérieux sans se prendre au sérieux. Continuez les jeunes, faites vous plaisir ! Et faites nous rire aussi, comme dans cette mise en scène d'un skecth de François Perusse (Les deux minutes du peuple):

 

 

 

C'est quand même plus drôle à voir qu'à écouter sur Rire & Chansons...

 

 

*Note du Traducteur: dégenté - et non déjanté - signifie sans doute en dehors des gens, il faudrait un interprète plus compétent que moi pour en être sûr. Interprrrrète ! Interprrrrrrrrrète !

 


Repost 0
Published by François - dans Loisirs. Détente
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Mecadyn
  • Le blog de Mecadyn
  • : Ce blog est centré autour des activités de Mecadyn, entreprise de prestation de service en maintenance industrielle. Au gré des circonstances il permet aussi des digressions autour de la création d'entreprise, la vie en société, les loisirs,...
  • Contact

Recherche

Texte Libre

LOGO_MADEINFRANCE.jpg

Droits d'auteur

Toute reproduction, diffusion publique et usage commercial du contenu de ce blog sont interdits sans mon autorisation.

Partageons...

http://www.wikio.fr