Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 11:53

 

 

Alors, que faut-il penser de l'annonce de N. Sarkozy sur la suppression de la taxe professionnelle ? Je vais y aller aussi de mon petit crédo sur le sujet, y a pas de raison...

 

Or donc, cet impôt est payé par les entreprises et tombe dans l'escarcelle des collectivités locales pour faire fonctionner notre système : équipements sportifs, scolaires, culturels, transport public, construction et entretien des routes, action sociale, assainissement,... Dedans y a sûrement de l'inutile et du gaspillage mais, quand même, réduire de 50% un tel budget ! Gasp ! Je connais plus d'un entrepreneur local (bâtiment, travaux publics, artisans, transporteurs, restaurateurs, espaces verts, fabricants de matériels divers,...) qui risque de faire la tête si on lui dit que son plus gros client va réduire ses dépenses de moitié... Tiens j'ai un copain qui vend des balayeuses aux collectivités locales de la France entière. Je vais lui demander ce qu'il en pense.

 

Non, que tout le monde se rassure, rien ne va changer. On continuera à bitumer les routes et à ramasser les ordures ! L'argent manquant, qui continuera à venir compléter les autres ressources des collectivités locales, sera pris ailleurs: impôts plus élevés sur les sociétés, TVA régionales, impôts fonciers et locaux augmentés,... Vous voyez une autre solution vous ?

 

Attention on ne parle pas de 2 Milliards d'Euros d'économie avec la suppression de la vignette automobile en 2001, mais de 26 Milliards ! C'est bien pour ça que la réforme de cette taxe, injuste car elle pénalise l'investissement industriel et commercial, est annoncée par les gouvernements successifs depuis plus de 20 ans et ne se fait que par petits bouts. C'est d'ailleurs ce qui sera fait en 2010 et les années suivantes (d'où le chiffre de 8 Milliards évoqué par notre Président). En fait le principe de cette taxe se délite lentement, pour être remplacée par d'autres systèmes d'imposition. Comment croire qu'on puisse d'un coup supprimer 26 Milliards de recette ou économiser un montant équivalent ? Sur ce dernier point on sombre d'ailleurs dans le complet paradoxe avec l'annonce de 1000 projets d'investissement pour relancer l'économie en crise et la décision de supprimer les recettes qui serviraient à les financer. D'effet d'annonce en effet d'annonce, on en revient finalement à la fameuse formule, celle qui fait ses preuves à travers tous les ministères, inusable, qui ne coûte pas cher et que je vous offre en prime de fidélité à mon blog, faites en bon usage : « Demain, je rase gratis ! »

 

Ne partez pas ! Je vais finir ce billet par une petite anecdote sur le sujet :

 

En 2006 j'ai participé à une réunion à la Chambre de Commerce avec une poignée d'autres créateurs d'entreprise. Parmi eux il y en avait un qui créait une boutique de je-sais-plus-quoi. A un moment il demande au conseiller technique qui animait la réunion: « Pour mon commerce, va falloir que je paye une patente ? », « Ah, bonne question ! » lui répondit de manière très sérieuse le conseiller « Si vous voulez payer une patente, il faudra vous installer au Cameroun, parce qu'en France elle n'existe plus depuis 1975 ! ». Tout le monde évidemment pliés de rire dans la salle, dont nombreux – comme moi – qui ne savait d'ailleurs pas que la patente n'existait plus... Bon en fait le conseiller technique (très pro d'ailleurs, je tiens à le souligner) nous a ensuite expliqué qu'il y avait bien un impôt à payer, mais qu'il avait changé de nom pour s'appeler Taxe Professionnelle en remplacement de celui de patente qui existait depuis... 1791 !

 

Et oui, on l'oublie un peu vite mais cet impôt versé par les entreprises a été créé au moment de la Révolution pour ne pas faire supporter le poids des dépenses locales aux seuls citoyens et habitants. A bas la patente, dehors la taxe pro et vive la TVA régionale !

 

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 09:18
En cette période un peu difficile, une réjouissance: le prix du carburant ! A ce jour les tarifs à la pompe, en France, sont revenus aux valeurs de fin 2004. Un bon en arrière de 4 ans en moins de 6 mois !

Comme ça faisait un moment que me turlupinait cette lancinante question « Comment les prix de vente du carburant suivent-ils les prix de base du baril de pétrole ? » et que je ne trouvais aucune courbe comparative sur Internet, j'en ai fabriqué une. La voici:
 
Ce graphique a été réalisé à partir des données issues du site officiel du ministère de l'industrie donnant toutes les statistiques sur le prix de l'énergie en France et dans le monde. Une vraie mine d'or.

Les 2 courbes du haut représentent les évolutions du prix TTC de 100 litres de Super et de 100 litres de Gazole depuis Janvier 1986. En bas la courbe avec des carrés bleus c'est le prix du baril de pétrole sur le marché international (Brent) exprimé en dollars. La dernière courbe (les losanges) donne les mêmes chiffres du Brent, en Euros depuis Janvier 2002.

Et donc, à partir de ces courbes, on peut déduire plein de choses, que je vous délivre ici en vrac:

- le prix du pétrole brut a peu évolué entre 1990 et 2004 (entre 20 et 30 $ le baril) mais le prix du carburant à la pompe a augmenté de plus de 50% sous l'effet de l'inflation (coûts de transport, transformation, distribution,...) et de l'augmentation des taxes,
- depuis 2004 les pays producteurs de pétrole ont fait flamber les prix. Le baril est passé de 30 à 135 $ en 4 ans. Si le tarif TTC du Super à la pompe avait grimpé dans les mêmes proportions on l'aurait payé 5,20 € le litre cet été ! Ce qui nous a principalement sauvé c'est le taux de change élevé entre € et $. Pour les pays européens sous le régime de l'Euro, le prix du baril n'aura finalement augmenté 'que' de 180% en 4 ans (au lieu de 350% en Dollars). En baissant – légèrement – leurs marges les compagnies pétrolières ont adouci la flambée (elles y avait intérêt si elles ne voulaient pas voir la consommation chuter trop brutalement).
- les hausses et baisses du prix du baril sont répercutées quasi-instantanément sur le tarif des carburants. On le voit en 1990, 2000, 2006 mais aussi durant ces derniers mois comme le montre le graphique agrandi ci-dessous concernant la période 2007-2008 (la légende est la même que pour le graphique ci-dessus):

 

Un dernier élément visible sur le document: l'écart de plus en plus réduit entre le prix du Super et celui du Gazole. Pour 1 litre acheté il y a aujourd'hui à peine 5% d'écart entre les deux carburants alors qu'en 1986 le Gazole était en gros 30% moins cher que l'essence. Sympa pour tous ceux que l'on a incité progressivement à passer aux véhicules Diesel !

De toute façon, quelle que soit la répercussion du prix du pétrole sur les tarifs à la pompe, quels que soient les soubresauts du marché international, il faut se faire une raison: ce type de carburant a une durée de vie limitée. Encore 40 ans à ce régime là et on n'en aura plus. N'attendons pas qu'il coûte 10 € le litre pour changer de mode de consommation.



 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 09:39
"Crisis ? What crisis ?" Album de Supertramp - 1975

 

Et voilà, on y est ! Comme à chaque fois depuis la création des banques et de la spéculation une crise financière entraîne une dépression économique. Comme on s'y attendait l'inconséquence des sociétés de crédits américaines produit les mêmes mécanismes que ceux provoqués en 2000 par l'explosion de la bulle Internet ou en 1993 par la perte de confiance du système monétaire européen. A quelques rares exceptions près (invasion du Koweit en 1990, attentat du 11/09/2001) les crises économiques sont provoquées par les marchés financiers. En voici la liste depuis 300 ans: Liste des crises financières (Wikipedia)

Virtuels au départ les problèmes deviennent concrets le jour où les banques ne prêtent plus, où les industries ne peuvent plus investir, où les consommateurs n'achètent plus.  Maizalors, me direz vous, que vient faire la maintenance industrielle là-dedans ? J'y arrive.

Le phénomène que nous sommes en train de vivre, et qui se produit à différentes échelles tous les 5 ou 10 ans, est à chaque fois parfaitement prévisible. Lorsque la machine financière s'emballe, c'est sous l'effet de mécanismes en chaîne : spéculation excessive ou hasardeuse, perte de confiance, banques en faillites, production ralentie, chômage, récession,... Il n'y a plus qu'une solution: constater les dégats et réparer pour une nouvelle mise en route jusqu'à la nouvelle panne. Ça ne vous rappelle rien ? Dans l'industrie il s'agit de maintenance CURATIVE. La méthode s'applique de manière judicieuse lorsque les conséquences de la défaillance sont faibles et que le dépannage est de courte durée. Mais lorsque l'industriel veut éviter la catastrophe (une semaine sans produire pas exemple) il met en place une maintenance PRÉVENTIVE. Et même mieux, pour ne pas avoir à intervenir systématiquement il détecte les signaux précurseurs et agit en conséquence. Il fait de la maintenance CONDITIONNELLE. 

Et bien dans notre société économique mondiale du XXIè siècle, non ! On préfère continuer à employer les mêmes méthodes qu'aù XVIIIème. Du curatif. Lorsque la machine fonctionne les marchés financiers et autres banques internationales demandent aux gouvernements de ne pas intervenir. Il n'y a pas beaucoup de lois qui empêchent par exemple de prêter de l'argent à quelqu'un qui ne pourra pas le rembourser, ou d'empêcher une banque de spéculer en une journée plusieurs dizaines de milliards de dollars derrière un ordinateur. Dès que les premiers signaux d'une défaillance apparaissent on continue à laisser tourner la machine en collant un bout de sparadrap et en priant les dieux de la finance pour que tout s'arrange miraculeusement. Crac ! Évidemment, ça casse. Et les responsables de la maintenance (les pouvoirs politiques) et leurs soutiers (les contribuables) que l'on ne voulait pas venir voir mettre du cambouis sur les belles machines encore toutes neuves sont appelés à la rescousse pour réparer les dégâts.

Comme à chaque fois, même avec de la casse la machine économique repartira, dans 6 mois ou un an. Jusqu'à la prochaine fois... 

 

 
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mecadyn
  • : Ce blog est centré autour des activités de Mecadyn, entreprise de prestation de service en maintenance industrielle. Au gré des circonstances il permet aussi des digressions autour de la création d'entreprise, la vie en société, les loisirs,...
  • Contact

Recherche

Texte Libre

LOGO_MADEINFRANCE.jpg

Droits d'auteur

Toute reproduction, diffusion publique et usage commercial du contenu de ce blog sont interdits sans mon autorisation.

Partageons...

http://www.wikio.fr