Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 13:23


Je viens de me rendre compte qu'un grand nombre de personnes atterrissaient sur ce blog en tapant les mots "45 jours fin de mois" dans Google. Cette formulation est effectivement utilisée dans la dernière loi de modernisation de l'économie pour réduire les délais de paiement entre entreprises. Mais, quand on y réfléchit bien, elle est particulièrement incompréhensible. Je vous livre mon avis, vous me direz ce que vous en pensez:

Analysons les différentes échéances de paiement:

A 30 jours fin de mois: vous envoyez votre facture le 15 Avril elle sera réglée à la fin du mois suivant, soit le 31 Mai.

A 30 jours fin de mois le 10: votre facture sera réglée le 10 Juin

A 60 jours fin de mois le 20: votre facture sera réglée le 20 Juillet

Donc maintenant, attention (roulements de tambour):

A 45 jours fin de mois:
- si vous envoyez votre facture le 15 Avril elle sera réglée le 31 Mai (puisqu'en ajoutant 45 jours à la date de facturation on tombe le 30 Mai)
- si vous l'envoyez le 17 Avril elle sera réglée le 30 Juin (puisqu'en ajoutant 45 jours à la date de facturation on tombe le 1er Juin).

D'autres disent qu'il faut compter D'ABORD jusqu'à la fin du mois, PUIS ajouter les 45 jours. Cela donne un paiement au 15 Juin dans les 2 cas ci-dessus. En tout cas ça doit turlupiner plus d'un comptable avec plusieurs millions d'articles trouvés par Google sur le sujet.

Personnellement, en 25 ans, je n'ai jamais rencontré cette formulation pour des conditions de paiement. La gymnastique intellectuelle est déjà assez complexe comme ça avec X JFDM, mais si on y ajoute une coupure en milieu de mois, y a de quoi attraper des noeuds au cerveau !

La loi oblige à 'plafonner les délais de paiement à 60 jours à compter de la date d’émission de la facture'. C'est à mon avis ça qu'il faut garder à l'esprit: admis les paiements à 30 JFDM, tolérés ceux à 30 JFDM le 15, terminés ceux à 60 JFDM. Et on précise clairement la date de l'échéance sur la facture.

Bon, promis, le prochain article je parle de vibrations.

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 07:04


En France les mauvaises habitudes ont la vie longue. Cela fait déjà des années que l'État essaie de moraliser les pratiques commerciales (je n'invente rien le terme « Moralisation » est utilisé dans la loi du 15 Mai 2001 relative aux Nouvelles Régulations Économiques), mais pourtant on continue à assister à des délais de paiement inacceptables. L'État lui-même est d'ailleurs le moins bon élève avec des délais dépassant parfois 6 mois pour l'exécution de marchés publics, mais il n'est pas rare de voir des entreprises imposer 4 mois d'attente à leurs fournisseurs ou prestataires avant de les payer.

Depuis plus de 10 ans la Communauté Européenne s'en est mêlée avec des directives qui sont sensées obliger les États membres à améliorer ces situations. Cette année le gouvernement français a fait voter une loi (dite de Modernisation de l'Économie... Après le « Nouveau 2001 », voici le « Moderne 2008 », dans 7 ans est prévu le « Inédit 2015 »...). Théoriquement, à compter du 1er Janvier 2009, les délais de paiement entre entreprises seront plafonnés à 60 jours (ou 45 jours fin de mois).

Je dis « théoriquement », parce que franchement j'ai du mal à croire que tout le monde va s'y mettre comme un seul homme. Mes clients me règlent en majorité à 30 jours fin de mois, exceptionnellement à 60, c'est un point sur lequel je suis vigilant, pour éviter les dérives et par principe (un fournisseur n'a pas à financer la trésorerie de ses clients). Un récalcitrant s'évertue à vouloir payer à 90 jours fin de mois le 20. Je leur ai demandé comment ils comptaient faire à partir de Janvier avec la nouvelle loi pour diminuer brutalement d'à peu près 60 jours leur délai de règlement. Pas de problèmes m'ont ils dit, on s'alignera ! Comme ce client travaille essentiellement dans le cadre de marchés publics, il vise à mon avis des retards à l'allumage côté Administration pour ne pas respecter tout de suite de tels engagements.

Mais j'espère me tromper et que 2009 soit vraiment celle d'une économie saine et moralisée. On peut toujours rêver !

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 11:22

Lorsqu'on démarre une activité comme indépendant il faut savoir à peu près où on va. La première règle est de faire une étude de marché et, si possible, d'avoir des clients potentiels avant de démarrer.
Une bonne approche pour cette phase de pré-création est le portage salarial, qui consiste à prendre un intermédiaire (un peu comme une agence d'intérim) qui facturera le client que vous avez déniché, paiera le salaire et les charges et... prendra une commission au passage (en moyenne 10% du Chiffre d'Affaire réalisé). Alors évidemment c'est coûteux mais moins compliqué que de créer une entreprise pour la fermer 6 mois après.
En fait le portage salarial s'est développé depuis une vingtaine d'années sur les carences du système administratif français:
- soit on est dans la case "salarié" (en cours d'emploi ou en recherche d'emploi),
- soit on est "travailleur non salarié" (indépendant, libéral, artisan, commerçant,...)
Or il existe de nombreuses situations intermédiaires: cadre entre deux emplois, retraité ou pré-retraité cherchant à compléter ses revenus ou créateur d'une entreprise cherchant à tester son activité. Dans chacun de ces cas le portage salarial répond au besoin alors que ni l'ANPE ni les agences d'intérim classiques ne le peuvent. Fin 2007 des accords professionnels ont quand même été signés pour encadrer cette pratique et donner de meilleurs droits aux portés. 
De toute façon, quels que soient ces nouveaux droits, le plus important est d'avoir un contrat laissant au porté la plus grande liberté d'action. A l'inverse il ne faut rien attendre de la société de portage en terme d'action commerciale ou de protection sociale (les ASSEDICs ne l'intègrent pas encore dans leurs prises en charge). Si on souhaite que cet intermédiaire ait les mêmes obligations et devoirs qu'un employeur classique, autant rester salarié...
Pour avoir utilisé le système je le défend volontiers, même si je regrette qu'au lieu d'officines privés ce ne soit pas l'État qui propose de tels services. 
Mais franchement, le plus vite possible il faut se dégager de ces structures coûteuses et sortir du no man's land:
 ou on devient salarié avec les droits précis qui s'y rattachent,
 ou on se lance en indépendant avec les risques et les avantages que cela procure.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mecadyn
  • : Ce blog est centré autour des activités de Mecadyn, entreprise de prestation de service en maintenance industrielle. Au gré des circonstances il permet aussi des digressions autour de la création d'entreprise, la vie en société, les loisirs,...
  • Contact

Recherche

Texte Libre

LOGO_MADEINFRANCE.jpg

Droits d'auteur

Toute reproduction, diffusion publique et usage commercial du contenu de ce blog sont interdits sans mon autorisation.

Partageons...

http://www.wikio.fr