Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 12:23

Mecadyn vient de fêter ses 7 ans. Traditionnellement c'est ce qu'on appelle pour un enfant l'âge de raison.

Raison de continuer, raison de progresser, raison... d'avoir eu raison de créer cette entreprise. Peu importe finalement la raison, ce qui compte c'est de se faire plaisir, de vivre intensément ses passions, ses envies, la vie quoi ! Amis entrepreneurs, créateurs d'entreprises soyez déraisonnable !

La Renaissance Lochoise a rédigé cette semaine un article sur Mecadyn. Il résume parfaitement l'état d'esprit qui m'anime aujourd'hui:

7 ans ! L'âge de raison.
Repost 0
Published by François
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 07:32
Marché aux travailleurs pas chers.

Je ne suis plus trop présent en ce moment pour alimenter ce blog, mais je me devais de faire passer cette information pour tous ceux qui veulent avoir des petits nouvriers pour pas cher:

Madame, Monsieur, 

 
Nous sommes une société polonaise délegant des employés polonais dans 
de nombreux pays europens: 
France, Belgique, Allemagne et Autriche. 

Les travailleurs recrutés par notre société réalisent leurs missions 
dans le cadre d'une prestation de service, conformément aux normes 
juridiques européennes en vigueur. Votre société couvre uniquement 
le coût du travail effectué par nos employés (€/h), tous les frais 
supplémentaires (cotisations sociales) étant pris en charge par notre
société.

Nous recrutons la main-d'oeuvre ainsi que des spécialistes prêts à 
exécuter des travaux dans les secteurs différents - travaux publics
(maçons, charpentiers, soudeurs, électriciens, etc.), énergies
renouvelables (monteurs d'installations solaires, nettoyeurs 
d'installations solaires, etc.), agriculture (vendangeurs, ouvriers
agricoles spécialisés, etc.), travail saisonnier et autres.

Si vous êtes intéressé par notre offre, veuillez remplir le formulaire 
ci-joint pour connaître nos prix.

Dans l’espoir d’une future collaboration, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes 
salutations distinguées.

Ce courrier reçu par Mecadyn émane d'une société dont je tairai le nom, basée à Londres et disposant d'une filiale polonaise. Elle est pas belle la vie ?

Pour mémoire le SMIC mensuel est à 369 € en Pologne. Un tarif imbattable pour celui qui veut se payer un maçon ou un soudeur. Bon, évidemment, s'il tombe malade ou se blesse, payez lui le taxi pour rentrer dans son pays. La sécurité sociale ne prévoit rien pour lui, mais il y aura sûrement une bonne âme en Pologne pour le secourir. Après tout, il n'avait qu'à faire attention !

À tous ceux qui ne supportent pas ces méthodes d'exploiteurs dignes des pires heures du colonialisme, je suggère la lecture de cet article détaillé du Monde:

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/02/apres-le-plombier-polonais-voila-la-polemique-du-travailleur-detache_3523697_3234.html

Repost 0
Published by François
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 10:42
Mecadyn à la rencontre des entreprises de Touraine.

Pour la deuxième année Mecadyn a participé à la journée de « Rencontres Touraine Entreprises » organisée par la CCI à Tours. 181 entreprises y étaient présentes, un record ! Pour expliquer le principe, il s'agit d'une série de 9 rendez-vous de 20 minutes chacun organisés sur une demie-journée. Le programme est défini à l'avance, en fonction du choix des participants, ce qui permet en un temps record de réaliser une prospection commerciale et une mise en relation professionnelle qui mettraient plusieurs mois par des moyens traditionnels. Une efficacité redoutable, que j'avais déjà constatée en 2013 et qui s'est renouvelée cette année avec des rencontres dont je sais à l'avance qu'elles seront profitables pour le développement de mon entreprise.

J'aurai sûrement l'occasion d'en reparler car la CCI m'a choisi pour dire un petit mot devant sa caméra et que j'ai été tiré au sort pour participer gratuitement à d'autres rencontres inter-entreprises, celles-ci virtuelles. Il y a des jours comme ce Jeudi 20 où l'on ne regrette franchement pas de s'être levé !

Mecadyn à la rencontre des entreprises de Touraine.

Au delà du simple aspect commercial de ces journées, j'en profite aussi pour saluer le travail extraordinaire réalisé par l'équipe commerciale, les conseillers, les techniciens, les accompagnateurs, les administratifs, bref tout le personnel de la CCI Touraine. À une époque où il est de bon ton lorsqu'on est chef d'entreprise de râler contre ce qu'il considère comme improductif, c'est l'occasion pour moi de rappeler combien les chambres consulaires nous sont précieuses. Et quand en plus d'être efficaces le personnel est à l'écoute, disponible et chaleureux, ça mérite d'être souligné.

Je ne peux pas tous les saluer ici mais j'adresse mes remerciements particuliers à Karine Bois pour m'avoir incité à participer à ces rencontres pour la première fois il y a un an et pour tous les échanges que nous avons eu depuis dans le cadre du développement du territoire de Sud Touraine, à Nathalie Pompougnac pour l'efficacité de son travail d'organisation, Ségolène Couprie pour m'avoir expliqué le principe des Réseaux d'Entreprises et enfin à Cécilia Lerouvreur, qui a organisé de main de maître ce jeu dont j'ai gagné un lot par tirage au sort ;-)

Merci !

Repost 0
Published by François
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 11:16
Projet de loi sur la simplification des régimes de l'entreprise individuelle

Aujourd'hui va être discuté à l'Assemblée Nationale le projet de loi remanié sur l'Artisanat et le Commerce. L'un des volets très important concerne le régime des auto-entrepreneurs dont je soutiens la cause depuis que la ministre Sylvia Pinel souhaite profondément le modifier. Rappel de l'histoire ici en Avril de l'année dernière puis là en Juin.

Grâce à l'action des Poussins et des différentes organisations représentant les auto-entrepreneurs, les principales modifications contenues dans le projet de loi du mois d'Août sont abrogées dans le nouveau texte. Ainsi il n'y aura pas de seuil intermédiaire obligeant les AE à changer de régime ni limitation dans la durée. Seul un accompagnement est prévu, ainsi qu'un encadrement plus strict (stage de préparation à l'installation, obligation d'assurances, affichage des compétences, etc).

Ce revirement très important mérite d'être salué car il va dans le bon sens, en respectant les valeurs de l'entrepreneuriat et en encourageant la création d'entreprise. Il est dû à l'action d'un député clairvoyant, à l'écoute de tous les protagonistes et engagé en faveur des petites entreprises : Laurent Grandguillaume, député de la Côte d'Or et conseiller municipal à Dijon.

Projet de loi sur la simplification des régimes de l'entreprise individuelle

Son action va d'ailleurs bien au delà du seul cas des auto-entrepreneurs puisqu'il propose dans son rapport de rassembler en un seul les différents régimes de l’entrepreneuriat individuel (aujourd'hui dispersés entre micro-entreprise, EI, EIRL et EURL), de simplifier et rationnaliser le recouvrement des cotisations, de modifier le principe de la CFE (proportionnelle au CA). Il souhaite aussi lancer une grande étude de société sur l'entrepreneuriat et son financement et constituer un comité de pilotage pour la mise en œuvre des décisions. Les petits entrepreneurs ne peuvent que saluer ces différentes mesures et intentions.

Mecadyn, associé depuis le début au mouvement des Poussins, soutiens tous les auto-entrepreneurs qui se mobilisent pour que la loi soit aujourd'hui adoptée. Et pour cela nous partageons avec eux ce cri d'alarme et d'espoir : PIOU PIOU !

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:32
SAS, SARL, SASU, EURL ou le dilemme de l'entrepreneur.

Il y a un an j'avais rédigé un article comparant différents statuts d'entreprise, ici ---> SA, SAS, SARL, ça farte ?

Ce post est le plus lu de tout le blog. Chaque jour au minimum 30 personnes viennent le lire. J'ai essayé de comprendre pourquoi, et la réponse s'impose en faisant une petite recherche sur Google : il est extrêmement difficile de trouver sur le net des comparatif chiffrés entre une SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) et une EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, qui est une SARL constituée d'un seul associé). Or ce sont deux statuts qui intéressent beaucoup les créateurs d'entreprises individuelles, surtout la SASU devenue à la mode depuis 3 ou 4 ans, en raison de sa simplicité et de l'absence de cotisations sociales si le responsable ne s'octroie pas de salaire.

Ah ça, des tableaux comparatifs présentant les avantages et inconvénients des SAS et des SARL il y en a à la pelle ! Ce n'est pas ce qui manque. Mais vous en trouverez peu qui donnent le détail de ce que gagne concrètement un gérant de SARL par rapport au président d'une SASU. Si vous posez la question suivante « Ai-je intérêt à transformer mon EURL en SASU ? » la réponse sera invariablement « Oui. Mais ça dépend. Il faudrait faire une analyse détaillée ».

C'est assez logique car les situations sont très diverses et complexes. Un expert comptable ne pourra fournir une réponse appropriée qu'en connaissant bien les objectifs de recettes et de dépenses, mais aussi la situation personnelle et familiale du porteur de projet, ainsi que ses ambitions, ses objectifs, ses souhaits d'optimisation, etc. Mais moi, comme je ne suis pas comptable, je peux me lâcher ;-)

Donc pour tous ceux qui s’intéressent à ce choix crucial du statut d'entreprise avant de démarrer, voici le résultat d'une analyse tout à fait personnelle d'un chef d'entreprise qui s'est lui aussi posé toutes ces questions et qui a connu les mêmes frustrations. Attention, âmes sensibles et revêches aux chiffres, abstenez-vous, c'est assez chiant pénible.

SAS, SARL, SASU, EURL ou le dilemme de l'entrepreneur.

Reprenons l'exemple de la dernière fois : Jean SARL est gérant majoritaire d'une EURL ; Pierre SASU est président d'une SASU. Tous les deux sont célibataires, ont une activité de prestation de service industrielle et commerciale, inscrits à la Chambre des Métiers comme artisans. Tout ce qui va suivre pourrait s'appliquer s'ils étaient commerçants, sans grande différence, mais pas en profession libérale (voir le petit laïus à la fin sur ce sujet).

Les deux ont un résultat brut de 50 000 €, correspondant à la différence entre leurs recettes et leurs dépenses courantes, achats et frais de fonctionnement. Étant seuls dans leur entreprise c'est sur ce résultat qu'ils se rémunèrent intégralement, en utilisant pour cela différentes options. Le tableau ci-dessous compare la situation de Jean SARL qui utilise l'intégralité du résultat brut sous forme de revenu. En tant que travailleur non salarié le RSI lui prélève 38% de son revenu net sous forme de cotisations sociales et 8% de CSG/CRDS sur son revenu brut. Un peu d'arithmétique nous permet de calculer tout ça ainsi que le revenu net après impôt en utilisant les barèmes du fisc. Jean garde dans sa poche à la fin de l'année 28 647 €, soit 2 387 € par mois. Mais comme il est prévoyant il utilise une partie de son revenu (400 € par mois) afin d'épargner pour ses vieux jours à l'aide d'un contrat Madelin. Ce type de contrat est déductible de son revenu imposable ce qui lui donne après impôt un revenu net annuel de 25 287 €, avec un revenu différé non négligeable pour sa retraite.

SAS, SARL, SASU, EURL ou le dilemme de l'entrepreneur.

Pierre SASU utilise également l'intégralité du résultat pour se rémunérer. En tant qu'assimilé salarié cadre il se verse un salaire, dont les cotisations salariales et patronales représentent 54,6% du salaire brut (par rapport à un salarié classique il est seulement dispensé de cotisations chômage, ce qui le prive aussi d'allocations le cas échéant). Là aussi il faut faire un peu de gymnastique arithmétique pour arriver au résultat, mais après avoir mouliné sur Excel on arrive à un revenu net après impôt de 27 179 € soit 1 500 € de moins que Jean, et avec des frais supplémentaires compte tenu des coûts de gestion de la paye. S'il souhaite comme lui mettre de l'argent de côté sous forme de placement ou cotisation à une retraite supplémentaire, il ne pourra pas déduire cette charge de ses impôts et son revenu sera diminué d'autant. À situation égale avec celle de Jean, il lui restera dans sa poche 22 379 € soit 1 865 € par mois.

 

Les avantages que procure à Pierre sa situation d'assimilé salarié sont assez minimes : indemnités journalières versées avec un délai de carence plus faible (mais avec un montant du même ordre de grandeur) et pension de retraites un tout petit peu plus élevées (à vérifier car même s'il cotise à une caisse de cadre son salaire net de référence pour le calcul de sa pension reste quand même inférieur de 10% au revenu net de Jean). Ces avantages ne valent pas à mon avis les 3 000 € de différence annuelle.

 

Le résultat sera encore pire si Pierre SASU décide de ne se rémunérer que sous forme de dividendes. En effet, le bénéfice de l'entreprise sera taxé (Impôt sur les Sociétés) à 15% jusque 38 120 € et à 33,33% au delà. Impôt sur lequel s'ajoutent les cotisations sur dividendes (15,5%, hé oui, il y en a là aussi...) puis l'impôt sur le revenu de ces dividendes. Au final, comme montré sur le tableau ci-dessous il lui restera 27 224 € après un placement de 4 800 € pour ses vieux jours.

 

SAS, SARL, SASU, EURL ou le dilemme de l'entrepreneur.

Placement qui lui sera bien utile car tout le bénéfice de son travail sera parti en impôt et taxe sans aucune validation de trimestre pour sa retraite ni indemnisation en cas d'arrêt de travail... La situation est extrême mais tout à fait réelle, comme j'ai pu le constater récemment sur un forum d'entrepreneurs, où un président de SASU se demandait comment il pouvait rétroactivement valider des trimestres qu'il n'avait pas cotisés...

 

Une situation intermédiaire salaire+dividendes est évidemment préconisée et au final le président de SASU peut arriver à optimiser ses revenus comme le montre le dernier tableau. En ne prélevant que 15 000 € de salaire brut, Pierre SASU améliore son revenu net après imposition et placement, gagnant 26 313 € soit 1 000 € de plus que Jean mais avec là aussi des frais de gestion plus élevées et un revenu basé sur un SMIC pour ses indemnités journalières et sa retraite. Pas de quoi là non plus pavoiser.

SAS, SARL, SASU, EURL ou le dilemme de l'entrepreneur.

Vous l'avez compris je ne pense pas que la SASU soit la solution optimale pour un chef d'entreprise, et ceci quelle que soit la distribution dividendes/rémunération que l'on fait. En tout cas pas pour ces niveaux de rémunération (je ne suis pas allé explorer ce qui se passe pour des bénéfices beaucoup plus élevés). Perdre de l'argent tous les ans pour s'affranchir des difficultés avec le RSI me semble vraiment être une erreur. Les seuls cas où ce statut semble intéressant concernent ceux qui en fin de carrière ne veulent pas changer de régime social ou ceux qui ont déjà des revenus (salaires ou pensions) et peuvent s'affranchir de cotisations. Pour les professions libérales le fossé est encore plus grand avec des cotisations TNS plus faibles que celles de commerçants-artisans alors que celles du salarié sont les mêmes.

 

Amis entrepreneurs, avant de créer une SASU, prenez le temps de bien faire vos calculs, et ne vous laissez pas influencer sans bien avoir pesé le pour et le contre, éventuellement en prenant plusieurs avis. Aujourd'hui l'EURL ou l'EIRL restent les solutions les plus adaptées pour un entrepreneur sans associé qui se lance dans une activité principale classique (commerciale, artisanale, libérale) avec l'option possible du régime auto-entrepreneur pour les faibles chiffres d'affaire.

 

Néanmoins, je suis prêt à en discuter ici avec tous ceux qui souhaitent apporter leur contribution à ce débat sur le choix du statut ;-)

Repost 0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 14:42
Chantiers et bilan de fin d'année

L'année 2013 se termine et avec elles les chantiers de Décembre réalisés pendant la période d'arrêt de la production.

Équilibrage de machines tournantes, remplacement de paliers de ventilateurs, contrôles vibratoires et mesure d'épaisseur sur autoclave et sur chaudière, voilà ce que fut le menu de cette fin d'année.

Demain nous basculerons en 2014, avec la poursuite de ces travaux d'expertise et de maintenance. Mais aussi la rencontre de nouveaux clients, la participation à la vie économique du territoire, les échanges avec des entreprises partenaires, avec des acteurs qui se bougent. Cette nouvelle année sera-t-elle celle de la reprise industrielle attendue depuis 5 ans ?

Petit retour en arrière sur ce que fut 2013 avant de se prononcer.

Chantiers et bilan de fin d'année

Elle démarre sous les meilleurs auspices avec l'acquisition d'un nouveau matériel (le VIBXPERT) et une position volontairement offensive !

De belles rencontres l'ont jalonnée, comme celle avec ACT Engineering en vue de collaborations futures, des jeunes du Lycée Alfred de Vigny à Loches pour leur projet Course en Cours ou encore de l'entreprise NACAM sur un gros projet technique.

Et toujours de nouvelles prestations d'expertise et de contrôles vibratoires, comme sur le nouveau pont levant de Bordeaux en Février, lors de l'équilibrage d'un rouleau en inox en Avril, des contrôles vibratoires de structure en Juin ou la maintenance caniculaire de cet été.

L'année a été aussi l'occasion de mettre en valeur cette France industrielle méconnue ainsi que de parler de l'association d'entreprises en Sud Touraine, STE.

Il n'y a aucune raison que 2014 ne soit pas dans la continuité de cette année finissante ! MECADYN est en pleine santé, son gérant aussi, et travaille avec des clients et partenaires dynamiques.

Bon réveillon de nouvel an à tous mes lecteurs et à l'année prochaine !

Repost 0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 14:30
Les français sont-ils si nuls que ça ?

« La France est minable, les français n'apprennent plus rien à l'école, les jeunes sont des ignares ! » À longueur de temps les français eux-mêmes se dénigrent. Enfin, non, ils dénigrent l'autre, le plus jeune ou le moins instruit, ça dépend. Récemment sur Facebook un gars exhibait fièrement son diplôme de certificat d'étude obtenu dans les années 60, vantant les mérites de l'enseignement de l'époque qui lui a permis de devenir ce qu'il est (un retraité ayant bien travaillé toute sa vie) et incendiant les jeunes qui ne veulent plus rien apprendre et font des fautes à chaque phrase quand ils écrivent.

Je ne vais pas ressortir mes arguments sur le fait qu'il vaut mieux aujourd'hui avoir d'excellentes capacités d'analyse et de synthèse plutôt que de connaître les sous préfectures du Bas Rhin et les conjonctions de coordination. Non, je vais simplement montrer ce qu'écrit l'agence américaine Deloitte qui vient d'établir le classement des 500 entreprises technologiques ayant eu au cours de ces 5 dernières le plus grand développement en Europe-Afrique-Moyen-Orient:

For the fourth consecutive year French companies dominated the program rankings, producing 86 winning companies, followed by the United Kingdom with 71 companies, and the Netherlands with 52 companies qualifying for the list.

Pour la quatrième année consécutive les entreprises françaises dominent le classement, fournissant 86 entreprises lauréates, suivies par le Royaume-Uni avec 71 entreprises, et les Pays-Bas avec 52 entreprises qualifiées sur la liste.

Les français sont-ils si nuls que ça ?

« C'est quoi ces entreprises françaises ? » vont me demander ceux qui en sont restés à la vieille image d'Epinal de l'écolier qui tire la langue en écrivant de belles lettres majuscules à la plume sergent major. Hé bien c'est celui de jeunes entreprises françaises comme Ymagis (première du classement avec une croissance de 59 000 % en 5 ans) dédiée au cinéma numérique, ou encore Talentsoft, à la 7ème place (3ème dans le domaine des logiciels) qui vend des services informatiques aux entreprises. Ou encore la société Le Kiosque qui propose des journaux et magazines en ligne (16ème) et dont le PDG a … 35 ans.

Tout n'est pas parfait bien sûr dans notre enseignement scolaire, et la dernière étude de l'OCDE sur ce sujet en montre aussi les défauts. La France se classe 25ème de l'enquête PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) basée sur des tests similaires réalisés en 2012 dans 65 pays auprès de scolaires âgés de 15 ans. Même si on peut émettre des doutes sur la pertinence de certains résultats, notamment en mathématiques pour lesquelles le test ne porte que sur des notions de calcul appliqué et occulte tout ce qui est perception abstraite ou intuition, il faut reconnaître que ce résultat n'est pas glorieux.

Les français sont-ils si nuls que ça ?

Comment alors expliquer ce paradoxe d'entreprises technologiques excellentes alors que les résultats scolaires ne sont pas brillants ? Tout indique que notre système accroit les différences, et ceci dès l'école primaire : un système éducatif élitiste qui tire vers le haut ceux qui réussissent mais néglige totalement ceux qui ont du mal à suivre. C'est sur ce point qu'il y a un réel progrès à apporter. À mon avis pas tellement sur l'enseignement en lui-même, mais sur l'attention qu'on porte aux élèves en difficulté. Le niveau de littéracie (c'est-à-dire la faculté à comprendre ce que nous lisons, que ce soit un texte ou un problème mathématique) de l'ensemble de la population française est particulièrement bas. Il faut s'employer à élever le niveau moyen. Et là, y a du boulot !

Repost 0
Published by François - dans Société
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 12:56
Origine France Garantie

Et si au milieu de cette ambiance morose, de ces colères exprimées sur tous les fronts, de cette tristesse générale, on parlait du Made in France pour apporter un peu de gaieté et de légèreté ?

Un nouveau logo existe depuis 2011, celui présenté à gauche de cet article, et sert à identifier les produits de toute nature (alimentaires, industriels, manufacturés,...) fabriqués en France. Un véritable label créé pour éviter les confusions de « Made in France » ou « Fabriqué en France » qui ne voulaient rien dire pour le consommateur. Les critères sont les suivants, et s'appliquent pour n'importe quel type de produit :

1- le produit prend ses caractéristiques essentielles en France

2- plus de la moitié du prix de revient unitaire de ce produit est acquis en France.

La Toyota Yaris, par exemple, fabriquée à Onnaing dans le Nord est un produit « Origine France Garantie » même si la marque est japonaise. Le grille-pain Moulinex ne l'est plus depuis longtemps mais la machine à expresso l'est toujours. Pour connaître les produits qui disposent de ce label il suffit de se rendre sur ce site :

http://www.mesachatsfrancais.fr/

Bon, je ne vais pas revenir sur ce que j'avais écrit ici même à l'époque où certains hommes politiques surfaient sur cette tendance. Au niveau de l'industrie la France a peu à peu abandonné ses compétences pour les déléguer à d'autres pays et se centrer sur le luxe, le tourisme et la haute technologie. On ne rattrape pas 40 ans de retard en se contentant d'apposer un logo sur un produit. Il faudra du temps, beaucoup de temps, mais il y a déjà des signes qui permettent de penser qu'on peut inverser la tendance et commencer à réindustrialiser notre pays :

1) Le consommateur y est prêt. Il faut simplement qu'il puisse s'y retrouver financièrement.

2) De plus en plus de petits industriels y croient. Il faut seulement les soutenir.

3) Les français arrêtent peu à peu de dénigrer leurs produits.

Ce dernier point est essentiel, ne serait-ce que pour vendre plus efficacement la marque France à l'étranger. En effet notre pays est le champion du monde de l'auto-dénigrement. Vous vous rappelez sans doute de ce sketch des Inconnus montrant un présentateur japonais parlant des produits français :

Une caricature parfaite et absolument irrésistible de ce que nous étions dans les années 80. Même le Minitel ou la fusée Ariane à l'époque étaient considérés comme nuls. Alors que dire de nos véhicules Renault...

Pour certaines fabrications il sera difficile de revenir en arrière mais pour d'autres, comme ces produits électroniques par exemple, c'est tout à fait possible : L'Usine des PME-ETI / 12 novembre 2013.

Alors allons-y, arrêtons les discours et soutenons les !

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 11:35
Le contrôle vibratoire au service de la productivité.

Par souci de confidentialité les noms des clients de MECADYN ne sont jamais cités dans les articles de blogs ou sur les réseaux. Je ferai exception aujourd'hui en parlant de l'entreprise NACAM qui m'en a donné l'autorisation.

Un petit rappel historique pour commencer : la société NACAM (NA pour NADELLA, fabricant de roulements à aiguilles et CAM pour Compagnie d'Application Mécanique de SKF-CAM, deux entreprises installées en région parisienne depuis les années 1920) a été créée en 1972 à Vendôme pour concevoir et fabriquer les colonnes de direction pour automobiles. Depuis 1999 elle fait partie du groupe allemand ZF et emploie plus de 600 salariés.

Le contrôle vibratoire au service de la productivité.

Pour rester compétitive il lui a fallu se réorganiser notamment en modifiant ses flux de production à l'intérieur de l'usine. C'est dans le cadre de l'un de ses projets, le déménagement de presses d'emboutissage, que nous sommes intervenus en partenariat avec la société SOGEO-Expert spécialisée en géotechnique, c'est-à-dire en conception et contrôle de fondations dans le sol. Chacune des 3 presses concernées, d'une puissance nominale de 4000 kN et pesant 43 tonnes, devait être déplacée d'une cinquantaine de mètres à l'intérieur de l'usine pour être installée dans une nouvelle zone, absolument pas prévue à l'origine pour ce type d'activité d'emboutissage et située à proximité de centres d'usinage de précision qui ne supportent aucune vibration. Le challenge consistait donc à créer un lieu d'implantation parfaitement isolé du reste du bâtiment et à s'assurer que les vibrations transmises dans le sol par les presses restaient résiduelles. La photo ci-contre montre la manutention de la presse en phase finale, lorsqu'elle est basculée pour être définitivement installée.

Le contrôle vibratoire au service de la productivité.

Le rôle de MECADYN a été de réaliser un diagnostic préliminaire complet des vibrations transmises par l'une des presses ainsi qu'une cartographie « à vide » dans le futur bâtiment. À l'issue de ces deux premières phases nous en savions suffisamment sur les caractéristiques vibratoires de la presse et sur la nature du sol et des fondations où elle serait installée. La dernière opération a consisté à vérifier le bon isolement vibratoire de la première presse sur son nouvel emplacement équipé de matériaux anti-sismiques et de joints de dilatation. Les mesures de vitesses particulaires, de spectres de fréquence et d'ondes de chocs ont été effectuées à l'aide de 3 accéléromètres et d'un analyseur Vibxpert. L'image en tête de cet article présente un échantillon des vibrations enregistrées en un point sur une durée de 2 secondes.

Tout s'étant parfaitement bien passé il aurait été dommage de ne pas en parler ici. Voila qui est fait ;-)

Merci à la société ZF-NACAM pour sa confiance témoignée à cette occasion.

Repost 0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 12:39

L'avantage de la prestation de service industrielle c'est qu'elle vous fait découvrir tout le patrimoine de nos campagnes françaises. En l'espace de quelques jours j'ai eu l'occasion d'associer les nécessités du boulot aux plaisirs du tourisme et de la gastronomie. Les explications en image.

La belle France industrielle.

Un équilibrage de ventilateur dans une champignonnière.

La France est le 4ème producteur mondial de champignons de... Paris. Devant elle se trouvent la Chine, largement en tête, puis les États-Unis et les Pays Bas. La dénomination champignon de Paris n'est pas une appellation contrôlée mais désigne simplement ce champignon blanc ou brun que l'on cultive sur du compost à l'abri de la lumière. Les premières caves étaient bien parisiennes du temps de Napoléon mais rapidement elles se sont implantées autour de Saumur, qui reste la région française de loin la plus productrice. Les caves sont de plus en plus remplacées par des salles réfrigérées, qui restituent les conditions ambiantes pour cultiver les champignons tout en essayant de lui conserver sa saveur. C'est dans l'une de ces usines modernes, à Saint-Paterne-Racan que je suis récemment intervenu pour équilibrer un ventilateur. À la suite de cette intervention je suis reparti avec deux bons kilos de champignons offerts par le patron. Merci à lui !

La belle France industrielle.

Contrôles vibratoires en bord de mer.

Après avoir dégusté les champignons, direction la mer, plus précisément l'île d'Oléron, qui vient de s'équiper de nouveaux transformateurs pour l'alimentation électrique du sud de l'île. D'énormes disjoncteurs sont installés sur ce poste et envoient des vibrations dans le bâtiment où ils se trouvent lorsqu'ils sont actionnés. Rien d'anormal là dedans, mais un contrôle s'imposait au moment de cette mise en service. C'est ce que Mecadyn a été amené à faire en ce mois de Septembre, pas loin d'une plage que les touristes avaient commencé à déserter mais où il faisait encore bon se baigner. Qui se plaindrait de telles conditions de travail ? Pas moi en tout cas. ;-)

La belle France industrielle.

Une broche de machine outil à équilibrer près de Reims.

Une fois sorti de l'eau salée c'est un autre liquide qui m'appelait, celui-ci mis en bouteille, le Champagne ! À Montmirail précisément, dans une usine qui fabrique des composants électroniques de toute sorte il s'agissait cette fois d'équilibrer une broche d'usinage tournant à 15 000 tr/min. Après l'intervention quel plaisir que de se balader dans la Marne et d'y découvrir ce qui est sans doute le symbole le plus connu de la France, après la tour Eiffel. Il faut dire que, à la différence du champignon de Paris, le Champagne est protégé par une appellation d'origine contrôlée, un label officiel farouchement défendu par ses promoteurs. Il se vend aujourd'hui environ 330 000 bouteilles de Champagne tous les ans, ce qui fait vivre 15 000 vignerons et plus de 20 000 employés. Sans parler bien sûr de l'industrie, du commerce, de la logistique et de la sous-traitance qui gravitent autour.

Vive la France et ses multiples richesses !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Mecadyn
  • Le blog de Mecadyn
  • : Ce blog est centré autour des activités de Mecadyn, entreprise de prestation de service en maintenance industrielle. Au gré des circonstances il permet aussi des digressions autour de la création d'entreprise, la vie en société, les loisirs,...
  • Contact

Recherche

Texte Libre

LOGO_MADEINFRANCE.jpg

Droits d'auteur

Toute reproduction, diffusion publique et usage commercial du contenu de ce blog sont interdits sans mon autorisation.

Partageons...

http://www.wikio.fr