Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 08:59
worker_l.jpg
Handy Girl*

Deux personnes m'ont fait part il y a quelques jours de leur effarement face à de nouveaux comportements, ceux des auto-entrepreneurs. La première, conseiller technique à la Chambre des Métiers, en voit défiler de plus en plus, avides de renseignements sur l'installation en tant qu'artisan comme auto-entrepreneur; la seconde, conseiller à Pôle Emploi, accueille de nombreux chômeurs qui souhaitent se mettre à leur compte et obtenir une aide et un accompagnement pour cela.

On ne peut que se réjouir d'un tel engouement, signe d'une vitalité dans notre pays et de l'envie d'y entreprendre. Mais dans ce que perçoivent ces deux personnes la face cachée de ce phénomène est tout autre ! Le premier constat indique qu'il s'agit de personnes en difficulté, ne trouvant pas d'emploi et qui pensent par le biais d'un régime simplifié obtenir facilement les revenus qui leurs manquent. Certains sont désemparés quand ils se rendent compte que l'obtention d'un numéro de SIRET ne fait pas tout et qu'il y a un gros travail à accomplir avant d'engranger ses premières recettes, même s'il ne s'agit que de vendre des sandwichs sur des parkings. D'autres désespèrent de ne pas trouver de clientèle au bout de plusieurs mois et voient leurs économies fondre peu à peu. Le second constat est que pratiquement aucun de ces auto-entrepreneurs n'a fait d'étude de marché ou de plan d'affaire pour analyser la viabilité de leur entreprise. Pour beaucoup c'est: "On s'inscrit, on verra bien après" puis découvrent la dure réalité du commerce et du marketing, rares étant les clients venant spontanément les rémunérer...

Honnêtement je ne pensais pas à ça il y a un an, et je continue à croire que c'est un excellent tremplin pour se lancer sans risque ou tester une activité. Mais là, stop ! À force de discours publicitaires sur tous les médias, à force de rabâcher partout qu'aujourd'hui il est facile de devenir son propre patron, l'État est en train de complètement galvauder l'esprit d'entrepreneuriat et de transformer la notion d'entreprise en gadget à 1 Euro. Le plus grave étant que des personnes en situation précaire le soient encore un peu plus à cause de ce miroir aux alouettes.

Depuis un an, en raison du jeu de mots que j'avais utilisé dans le titre de mon précédent article sur le sujet, il ne se passe pas une semaine sans que plusieurs internautes arrivent sur ce blog en tapant les mots "Loto Entrepreneur" dans leur moteur de recherche (25 personnes la semaine dernière). À tous ces lecteurs de passage et non moins confrères entrepreneurs je voudrais préciser que dans "L'auto entrepreneur" ce n'est pas la notion de loterie qu'il faut prendre en compte mais bien celle de "auto", comme dans auto-détermination, auto-suffisance. Les anglais utilisent le préfixe "self" pour signifier "par soi-même". C'est donc en soi-même qu'il faut trouver les ressources nécessaires à la création de son entreprise et non en cochant des cases sur un formulaire ou en regardant tourner la roulette.


roulette.png


Ce travail sur soi-même passe obligatoirement par une étude de marché préalable sérieuse. Attention, pas un questionnaire style "Aimez-vous les confitures, combien de pots en mangez vous chaque jour, chaque semaine, chaque mois ?", non, mais une étude de la concurrence, de son implantation, de la façon dont elle travaille, des prix pratiqués, une étude de la clientèle existante, du chiffre d'affaire potentiel, des qualifications nécessaires, de la réglementation,... Une fois l'idée bien fixée, les compétences acquises et l'étude ficelée le plus gros de la préparation est fait. Reste ensuite à établir un prévisionnel et un plan de financement, puis à conquérir de premiers clients. L'inscription comme auto-entrepreneur n'est qu'une formalité finale ne présentant aucune difficulté.

Alors pourquoi je vous parle de tout ça ? C'est qu'au milieu de cette agitation dont on ne sait pas encore très bien où vont nous entraîner les tourbillons, il y a des initiatives réjouissantes et bien concrètes sur l'entrepreneuriat. Je veux parler de ce Concours national de la création d'entreprise. Gautier Girard, bien connu sur le Net dans ce domaine, vient d'y apporter sa contribution en offrant 1000 € au vainqueur et 500 au second. Ce genre de concours où les lauréats se verront également offrir une étude de marché, est l'occasion pour les entrepreneurs en herbe d'aller au bout de leur démarche en défendant leur idée et leur projet face à un jury professionnel. Précipitez-vous sur ce lien pour en savoir plus !


* Pour obtenir ce joli costume de travailleuse manuelle cliquez ici.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

François 17/03/2012 12:34

Merci pour votre message Juliette,

Votre mari a su montrer que l'on pouvait devenir son propre patron après avoir été le salarié des autres. Belle réussite. Je lui souhaite une retraite paisible et récupératrice ;-)

Il ne faut pas cacher les difficultés de se mettre aujourd'hui à son compte dans le commerce. Mais comme vous le soulignez c'est un moyen d'accéder à l'indépendance dont tout le monde rêve.
Contrairement à vous je ne pense pas que ce soit les pressions incessantes qui soient les plus difficiles à subir. Celles-ci sont parfois bien plus redoutables pour les salariés ou ceux qui
cherchent du boulot.

Non, la vraie difficulté est d'avoir une clientèle. C'est d'ailleurs plus difficile pour certains métiers que pour d'autres, ce qui explique parfois les réticences des banques, habituées à ne
prendre aucun risque ce qui est parfaitement déplorable. Il faut donc se battre sans cesse, s'adapter face à la concurrence, prospecter, démarcher, se faire connaître,... Rien n'est jamais acquis
et cela nécessite une bonne dose de volonté. C'est à mon avis dans ce sens qu'il faut aider cette jeune personne qui a repris le commerce de votre mari.

Cordialement

François

juliette 14/03/2012 01:23

Mon mari, suite à une longue période de chômage, entrecoupée de divers boulots a fini par se mettre à son compte..Le statut d'auto-entrepreneur l'aurait bien aidé il y a 18 ans..
Il s'est quand même lancé, sans un centime, les banques lui refusant tout prêt...Son 1er "magasin" a été son salon, ensuite, il a loué son 1er magasin, le porte-à-porte commençant à lui peser...Une
2e boutique, puis une 3e, à chaque fois un bail précaire...Au bout de 5 ans, les banques ont fini par accepter de lui prêter de l'argent pour acheter un magasin, emplacement number one..
Il y est resté jusqu'à sa retraite..L'année dernière, il a voulu arrêter, épuisé, dégoûté du comportement des banques, les ponctions sans cesse plus grandes, les litiges, etc, etc..Il avait trouvé
un couple de jeunes chômeurs, les avaient même embauchés pour les présenter à ses clients..Peine perdue, 7 banques contactées, toutes ont refusé..Il a fallu repartir..

Là, il y a un mois, il a enfin trouvé une repreneuse qu'il parrainera gratuitement pendant plusieurs mois...La pauvre commence à connaître sa douleur..Nous espérons vraiment que le rsi, l'urssaff,
les impôts, les banquiers ne la tueront pas et ne la dégoûteront pas...L'Etat veut que le petit commerce, l'artisanat vivent..Qu'il nous en donne les moyens et nous aide..

Ce n'est pas le boulot qui fait peur à ceux qui aiment leur métier, qui essaient de s'en sortir..Ce sont toutes ces pressions incessantes de tous côtés qui usent, qui tuent...

Si vous avez un rêve, et si vous n'avez pas le choix, lancez vous, ne baissez pas les bras..
Je suis loin d'être en retraite...Aurai-je le courage de me lancer ? Je n'en sais rien..Mon petit vendeur de mari a été un exemple qu'on devrait citer..

Vous savez ce qu'il vendait en porte à porte ? Non, pas des brioches, pas des encarts publicitaires, pas des produits congelés...Des vêtements sur mesure, pas à la portée de toutes les
bourses..Oui, rien que ça...Grâce à ce démarrage, il a pu continuer son chemin, semé de ronces, mais, qu'il a tout de même aimé pendant 40 ans..Ne serait la paperasse qui lui a bouffé 50 % de son
temps, il aurait été le plus heureux des entrepreneurs..

Apo 14/03/2010 08:31


Oui, c'est ce qui fait qu'il est agréable à visiter pour des personnes d'horizons divers.

Non, pas encore de site, ça aurait dû mais j'ai un contrat qui m'est tombé dessus avant que j'ai eu le temps de le finir... On ne va pas se plaindre =).

A bientôt


François 13/03/2010 08:23


Merci Apo pour ton passage ;-)

Le blog alterne effectivement sujets techniques et humeurs diverses. Je fis en sorte que ça soit pas trop rébarbatif...

Et toi, un site ou un blog à visiter ?


Apo 12/03/2010 23:46


Bonsoir François,

Hé bien ton nom est apparu dans la section "les entrepreneurs font leur promo" en cette heure tardive, aussi, je me suis retrouvé sur ton site.

J'ai lu plusieurs articles tout à fait intéressants (ça ne m'étonne pas) et vu que je voulais laisser un petit mot je le fais sur le premier qui m'a plu (celui du dessus était trop technique pour
que je le lise entièrement).

Je reviendrai immanquablement. Bonne continuation !


Présentation

  • : Le blog de Mecadyn
  • Le blog de Mecadyn
  • : Ce blog est centré autour des activités de Mecadyn, entreprise de prestation de service en maintenance industrielle. Au gré des circonstances il permet aussi des digressions autour de la création d'entreprise, la vie en société, les loisirs,...
  • Contact

Recherche

Texte Libre

LOGO_MADEINFRANCE.jpg

Droits d'auteur

Toute reproduction, diffusion publique et usage commercial du contenu de ce blog sont interdits sans mon autorisation.

Partageons...

http://www.wikio.fr