Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 14:30
Les français sont-ils si nuls que ça ?

« La France est minable, les français n'apprennent plus rien à l'école, les jeunes sont des ignares ! » À longueur de temps les français eux-mêmes se dénigrent. Enfin, non, ils dénigrent l'autre, le plus jeune ou le moins instruit, ça dépend. Récemment sur Facebook un gars exhibait fièrement son diplôme de certificat d'étude obtenu dans les années 60, vantant les mérites de l'enseignement de l'époque qui lui a permis de devenir ce qu'il est (un retraité ayant bien travaillé toute sa vie) et incendiant les jeunes qui ne veulent plus rien apprendre et font des fautes à chaque phrase quand ils écrivent.

Je ne vais pas ressortir mes arguments sur le fait qu'il vaut mieux aujourd'hui avoir d'excellentes capacités d'analyse et de synthèse plutôt que de connaître les sous préfectures du Bas Rhin et les conjonctions de coordination. Non, je vais simplement montrer ce qu'écrit l'agence américaine Deloitte qui vient d'établir le classement des 500 entreprises technologiques ayant eu au cours de ces 5 dernières le plus grand développement en Europe-Afrique-Moyen-Orient:

For the fourth consecutive year French companies dominated the program rankings, producing 86 winning companies, followed by the United Kingdom with 71 companies, and the Netherlands with 52 companies qualifying for the list.

Pour la quatrième année consécutive les entreprises françaises dominent le classement, fournissant 86 entreprises lauréates, suivies par le Royaume-Uni avec 71 entreprises, et les Pays-Bas avec 52 entreprises qualifiées sur la liste.

Les français sont-ils si nuls que ça ?

« C'est quoi ces entreprises françaises ? » vont me demander ceux qui en sont restés à la vieille image d'Epinal de l'écolier qui tire la langue en écrivant de belles lettres majuscules à la plume sergent major. Hé bien c'est celui de jeunes entreprises françaises comme Ymagis (première du classement avec une croissance de 59 000 % en 5 ans) dédiée au cinéma numérique, ou encore Talentsoft, à la 7ème place (3ème dans le domaine des logiciels) qui vend des services informatiques aux entreprises. Ou encore la société Le Kiosque qui propose des journaux et magazines en ligne (16ème) et dont le PDG a … 35 ans.

Tout n'est pas parfait bien sûr dans notre enseignement scolaire, et la dernière étude de l'OCDE sur ce sujet en montre aussi les défauts. La France se classe 25ème de l'enquête PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) basée sur des tests similaires réalisés en 2012 dans 65 pays auprès de scolaires âgés de 15 ans. Même si on peut émettre des doutes sur la pertinence de certains résultats, notamment en mathématiques pour lesquelles le test ne porte que sur des notions de calcul appliqué et occulte tout ce qui est perception abstraite ou intuition, il faut reconnaître que ce résultat n'est pas glorieux.

Les français sont-ils si nuls que ça ?

Comment alors expliquer ce paradoxe d'entreprises technologiques excellentes alors que les résultats scolaires ne sont pas brillants ? Tout indique que notre système accroit les différences, et ceci dès l'école primaire : un système éducatif élitiste qui tire vers le haut ceux qui réussissent mais néglige totalement ceux qui ont du mal à suivre. C'est sur ce point qu'il y a un réel progrès à apporter. À mon avis pas tellement sur l'enseignement en lui-même, mais sur l'attention qu'on porte aux élèves en difficulté. Le niveau de littéracie (c'est-à-dire la faculté à comprendre ce que nous lisons, que ce soit un texte ou un problème mathématique) de l'ensemble de la population française est particulièrement bas. Il faut s'employer à élever le niveau moyen. Et là, y a du boulot !

Partager cet article

Repost 0
Published by François - dans Société
commenter cet article

commentaires

Marie Jo 08/12/2013 11:47

Pour ajouter un commentaire, modérateur, à mon jugement.
De mon temps (années 60/70), il n'y avait pas de "non-locaux" dans mes classes. A partir des années 70, on a vu arriver dans les classes des enfants d'immigrés de la première génération -portugais, nord-africain puis turcs - phénomène que l'Education Nationale n'a pas su gérer.
Des générations d'enfants pris entre la culture de leurs parents et celle à laquelle ils devaient s'adapter en passant le seuil de l'école.
J'ignore comment l'Allemagne ou l'Angleterre ont géré leurs flux migratoires, mais à mon avis, nous n'avons pas pris l'ampleur du phénomène et nos ministres pensent toujours en termes de français-français (je ne trouve pas d'expression bien claire).
Alors que nous avons une diversité culturelle et un vivier de capacités inexploité avec les enfants de la deuxième et troisième génération.
C'est peut-être aussi une explication à notre si mauvais classement international
Bon, je vais essayer de me taire.
Cordialement

François 08/12/2013 12:16

Oui, bien sûr que c'est une explication. L'Allemagne et l'Angleterre, qui ont connu des taux migratoires bien plus élevés que les nôtres, ont su plus facilement intégrer les minorités culturelles. En France quand on voit comment se hérissent les classes aisées lorsqu'on décide de faciliter l'entrée de l'ENA ou de Sciences Po à des élèves de banlieue ça en dit long sur nos mentalités étriquées...

Attention, ça ne veut pas dire que ce soit simple dans ces deux pays là non plus. Les Allemands ne sont pas si bien classés que ça et le Royaume Uni est au même niveau que nous. Y a du boulot aussi chez eux (et aux États-Unis, n'en parlons pas...) mais eux au moins (en tout cas les allemands) s'en préoccupent !

Marie Jo E. 07/12/2013 18:21

Il faut revenir aux basiques dans les toutes premières années scolaires : maîtriser la lecture et l'écriture du français ainsi que le calcul. Ça, ça ne se devine pas en remplissant des questionnaires QCM ou en pratiquant des "activités d'éveil". Ensuite, oui, élargir l'horizon des élèves, de tous les élèves, vers le monde, leur apprendre à apprendre, éveiller leur curiosité naturelle.
Pour ce qui est des performances françaises en mathématiques, n'oublions pas que nous avons une brassée de prix Nobel à notre actif
Cordialement

François 08/12/2013 10:38

Je fais exactement le même constat que toi sur l'enseignement en France, dont les méthodes n'ont pas varié depuis plus de 50 ans. Si on peut constater une relative égalité des chances en primaire ce n'est plus le cas à partir du collège, encore moins au lycée et quasi-inexistant après le BAC.

Il était très rare dans les années 70 de voir un fils d'ouvrier devenir médecin et c'est encore vrai aujourd'hui, quoiqu'on dise sur notre école publique censée favoriser la progression sociale. Il y a des exceptions, mais le classement PISA a le mérite de montrer là où ça pêche vraiment. Si ce classement avait existé dès les années 60 on en serait peut-être pas là aujourd'hui...

Les allemands au début des années 2000 ont été extrêmement vexés de leur position dans ce classement. Ils ont alors modifié leurs méthodes (notamment en rallongeant leurs demies journées scolaires, qui auparavant s'arrêtaient à midi et aujourd'hui durent jusqu'à 15h) et sont remontés dans le tableau. Là bas le PISA fait l'objet de nombreuses discussions, débats et aménagements. Leur système scolaire après la primaire est beaucoup plus égalitaire, favorisant l'apprentissage notamment (même pour les ingénieurs) ainsi que leurs universités (il n'y a pas de grandes écoles). En France on reste encore trop campés sur nos principes qui datent... de Napoléon ! Avec les voies royales ("Tu feras ta médecine mon fils" ou "Ce sera Centrale ou Saint Cyr, papa te paye des cours du soir pour ça !"). On continue à favoriser l'excellence et à laisser tomber ceux qui ne suivent pas, en leur "offrant" des voies de garage. J'espère que cela changera. Je pense que cela changera ;-)

Bon dimanche à toi aussi.

Marie Jo E 08/12/2013 09:00

Bonjour François,
Je suis fille, petite-fille et arrière-petite-fille d'ouvriers. Qui plus est, mon père était né n Algérie, donc "étranger" (un de ces étrangers qui a participé à la libération de la France, au passage). La seule chose qui a fait que je sois entrée au Lycée (public), c'est le soutien de mes institutrices en primaire (public). Et si je n'ai pas été éjectée du Lycée après ma 5e (moyenne je le reconnais) c'est que ma mère était... enseignante. Pas dans un lycée, mais dans ce qu'on appelait un CET.
D'ailleurs avec elle, j'ai eu un excellent aperçu du "tri" scolaire dans l'enseignement technique et du mépris dans lequel les enseignants "lycée" tenaient ceux du "technique". Mais le sujet serait trop long à développer ici.
En fac, je faisais partie des 2% d'enfants d'ouvriers faisant des études supérieures.
Les miennes ont été moyennes, mais sans aucun soutien financier ou autre, parce que justement ma mère gagnait trop bien sa vie (sans commentaires).
Tout cela dans les années 70. Pour dire que le problème n'est pas d'aujourd'hui. L'élitisme (ou plutôt le snobisme) je l'ai rencontré au niveau de l'enseignement secondaire. Et ça, c'est si profondément ancré dans les cervelles de nos élites (justement) qu'elles n'en sont même plus conscientes . Pour faire bouger le mamouth (comme disait un ancien ministre) il faudra encore beaucoup de Pisa !
Moi, je remercie mes instit's du primaire de m'avoir donné de solides bases, alors qu'elles avaient des classes de 30 élèves, 6 heures par jour, 5,5 jours par semaine, sans "activités d'éveil", mais lecture, écriture, grammaire, calcul, histoire, géographie, et qu'elles nous traitaient toutes (séparation filles/garçons à l'époque) sur un pied d'égalité.
Bon dimanche.
MJE

François 07/12/2013 18:37

Oui, Marie-Jo, je suis d'accord avec toi, c'est tout le paradoxe de la France. Nous avons d'excellents mathématiciens, physiciens, informaticiens,... et nous restons à un niveau moyen très bas.

Je pense surtout que c'est notre enseignement élitiste qui veut ça. Il vaut peut-être mieux baisser un peu nos prétentions pour la réussite "par le haut" et regarder tous ceux qui sont laissés sur le carreau.

Enseignement de base ou pas, je ne sais pas, mais enseignement pour tous et correctement, ça c'est sûr !

Présentation

  • : Le blog de Mecadyn
  • Le blog de Mecadyn
  • : Ce blog est centré autour des activités de Mecadyn, entreprise de prestation de service en maintenance industrielle. Au gré des circonstances il permet aussi des digressions autour de la création d'entreprise, la vie en société, les loisirs,...
  • Contact

Recherche

Texte Libre

LOGO_MADEINFRANCE.jpg

Droits d'auteur

Toute reproduction, diffusion publique et usage commercial du contenu de ce blog sont interdits sans mon autorisation.

Partageons...

http://www.wikio.fr